Domaine de Cabarot


Situé au lieu-dit « CABAROT », à l’extrémité est du bourg, la façade de la bâtisse est orientée vers le parc et permet de contempler la chaîne de L’Épine, le Massif des Bauges et sa croix du Nivolet. Une visite est en général organisée lors des Journées Européennes du Patrimoine, mi septembre.

Une vue dégagée jusqu’au massif des Bauges depuis la terrasse

A l’origine, au XVIIe siècle, ce fut un couvent de religieuses Ursulines venues instruire les jeunes à la demande des habitants du village. Après le départ des religieuses, cette maison bourgeoise fut acquise au XIXe siècle par Alphonse Chaboud, maire de Saint Geoire et entrepreneur. Sa fille Sophie épousera Laurent Bouvier, artiste peintre et céramiste. Ils n’auront pas d’enfant. Laurent se retire à St GEOIRE en Valdaine en 1881 et, sous son influence, la demeure est modifiée avec adjonction d’une aile ouest et d’une tour réalisée avec du ciment naturel (matériau novateur extrait de carrières proches, actuellement appelé ciment prompt). La demeure est coiffée d’un toit en écailles vernissées de couleurs jaune, noire et rouge avec motifs de losanges.

vue du château et des colonnes depuis le parc

Laurent Bouvier avait fréquenté l’académie Charles Suisse à Paris, en compagnie de Monet, Manet, Fantin-Latour et devint un artiste régionalement reconnu (le Musée Dauphinois conserve des œuvres de ce peintre et céramiste).

Laurent et Sophie entament la restauration des grandes pièces dans le style art-déco de l’époque (influence Japonaise et Perse, à l’époque des modernistes). Il installera également un atelier d’artiste, toujours existant, avec un four à céramique. Un vase réalisé par Laurent Bouvier est visible sur un tableau peint par Fantin-Latour.

Sophie Chaboud léguera la propriété à sa cousine, mariée à M. Depelley, qui le transmettra à ses filles en 1922. Marguerite et Clotilde s’unirent aux frères Maurice et Paul Dugueyt qui fut député de l’Isère de 1919 à 1924. L’aménagement du parc se poursuivra par Paul Dugueyt, dans les années trente, avec une allée de tilleuls, des séquoias, une pièce d’eau et des ruines aménagée. Ces colonnes, prélevées à Saint Sixte d’un ancien temple romain simulent les ruines d’un temple, décoration très en vogue ces années-là !

Visite de la demeure et de l’atelier lors de journées du patrimoine

Laurent Bouvier et la famille Dugueyt participeront par leurs influences et leurs nombreux legs à la transformation du village. Par exemple, le terrain de loisirs de la Combe du Versoud où sera construite la piscine en 1947 est un don de la famille Dugueyt au village, le chemin de croix dans l’église est une création de Laurent Bouvier. Au début du XXe siècle, la propriété, qui s’étendait bien au-delà du parc actuel, sera traversée par la ligne de tramway « Pont de Beauvoisin-Bonpertuis », qui participait au développement des usines de tissage de la vallée de l’Ainan. Il fallut aménager le parc en modifiant les anciens chemins qui descendaient de Clermont, et créer un nouvelle rue en contre-bas.