Autres visites d`interet dans la vallee


Quelques églises de la vallée de l`Ainan ont été préservées de la frénésie de reconstruction des monuments, fin du dix-neuvième siècle, quand la famille Vicat et ses satellites mirent au point des méthodes de préparation du ciment, que anglais imposèrent ensuite le nom de « ciment Portland ».

A Voissant

L’église de Voissant , citée en 1161, est la plus ancienne du canton. Elle a conservé son cadran solaire et sa devise qui nous rappelle que « la vie de l`homme est une ombre qui s’enfuit ».  A l’intérieur, le bénitier taillé dans la pierre ainsi que le baptistère, sont de pur style roman. Du vieux château de Voissant, qui abrita un soir Mandrin (il y a probablement plus d’endroits où il dormit, que de jours qu’il vécut !), il ne reste que quelques pierres au confluent du Guiers et de l`Ainan. Un château imposant que l’on visite en été existe à Saint Albin de Vaulserre.

Vers Merlas, Saint Sixte et le col de la croix des mille martyrs

Près de la Chapelle en Merlas, la Pierre à Mata  est reconnue pour être un dolmen. Elle servait peut-être de pierre à sacrifice pour les druides Gaulois. Elle se trouve à côté d`une source autrefois appelée la fontaine de la Vierge. Celles qui viennent y prier sont sures de trouver un mari dans l’année…De plus, en se frottant le ventre contre la pierre, on accélère le processus de fabrication, il paraît..

La Croix des Mille Martyrs, située au col du même nom, relie Saint Geoire et Saint Laurent du Pont, en passant par Merlas et  Miribel-les-Echelles. Elle perpétue le souvenir de soldats chrétiens de l`Empereur  « Hadrien ». Revenus d`une campagne victorieuse en Arménie  ils refusèrent de se rendre à Rome pour ne pas sacrifier à de faux Dieux. Ils furent martyrisés le 22 juin de l’année 120 sur le Mont Ararat.

A côté de la croix, en direction de St Geoire, on aperçoit une vieille borne. De cette borne, on peut en trouver une autre, une centaine de toises plus loin. Ces bornes délimitaient les domaines des seigneurs de Corbel (en Chartreuse), de ceux des seigneurs de Clermont. 

La dévotion aux martyrs chrétiens prit la forme d’une procession depuis l`église de Miribel, en passant par ce col, allant jusqu’à Pont de Beauvoisin, par Saint Geoire en Valdaine. La soif ardente sous le soleil du début d’été était étanchée d’un verre de vin local à chacun des nombreux virages.. , avec les débordements inévitables qui s’en suivent souvent.  Tant et si bien que la procession fut supprimée par arrêté préfectoral au début du vingtième siècle !

Le Château de Saint Sixte qui abritait des réfractaires au STO et des résistants  a été incendié en 1944 par les Allemands au cours de leur retraite. Le souvenir de deux maquisards qui ont péri pendant la bataille est rappelé le long de la route vers la Nouvellière.

 retour_haut_de_page